Enligne : Editos

Vingt-et-une leçons. Science fiction

 

 

La lecture de cette dix-huitième leçon m'a laissé perplexe. J'ai l'impression de n'avoir pas bien compris. En d'autres temps, j'eusse été justiciable d'un redoublement. J'attendais de la science fiction. On m'a annoncé tout de go en sous-titre que « Le futur n'est pas ce que vous voyez au cinéma. ».

Je croyais déjà le savoir. On m'a surtout parlé de films américains que je n'ai jamais vus et que je ne peux résumer.

 On m'a rappelé les projections d'Aldous Huxley qui m'avaient fort impressionné quand je les ai lues il y a sept décennies.

 La présente leçon est surtout faite de considérations morales dont je n'ai pas saisi le lien avec le sujet annoncé.


 

 Moi qui aime avoir les idées claires, il me semble qu'il flotte dans l'air du temps une confusion dans les esprits qui mélangent ces menues choses  différentes que sont le rêve, la réalité, le dessein, l'annonce, le mythe, la métaphore, l'analogie, la ressemblance, les pseudo-sciences, la modélisation, la science fiction.

 J'espère que le lecteur me saura gré de ne pas ajouter des leçons de vocabulaire à toutes ces leçons de tous niveaux, sur tous sujets, qui lui viennent aujourd'hui de toutes parts, sous tous costumes, sous toutes couleurs.

 Il paraît toutefois utile de rappeler qu'en son premier sens strict la science-fiction est un « Genre littéraire et cinématographique décrivant des situations et des événements appartenant à un avenir plus ou moins proche et à un univers imaginé en exploitant ou en extrapolant les données contemporaines et les développements envisageables des sciences et des techniques. » ( Le Trésor de la Langue Française Informatisé.)

 L’œuvre de science fiction n'est pas le fruit d'une rêvasserie. C'est le produit d'un processus intellectuel qui n'est pas à la portée des ignorants et des esprits confus. Certes l'intuition et l'imagination y prennent une large part, mais c'est dans un deuxième temps. En voulant tout faire en même temps on risque d'escamoter les fondement scientifiques et techniques préalables hors desquels prolifèrent des spéculations fantaisistes dénuées de toute rigueur, de toute réalité, de toute rationalité, de toute probabilité.

 Oui, des réalités d'aujourd'hui peuvent préfigurer celles de demain. Mais il faut les distinguer dans l'amas des informations présentes relatives aux mœurs, aux pratiques, aux règles, aux objets en voie d'obsolescence.

Comme l'a dit Pierre Dac « Les prévisions sont difficiles, surtout quand elles concernent l'avenir »

 Mon grand-père maternel, forgeron et maréchal-ferrant, m'a appris qu'il faut battre le fer quand il est chaud et que, souvent, il vaut mieux ne parler qu'au second degré.

Je vous donne rendez-vous dans cinquante ans, pour un premier bilan d'étape.

 

Pierre Auguste

Le 24 avril 2019

 

 

 


12593