Enligne : Editos

Vingt-et-une leçons. Religion

 

 Ma famille paternelle est originaire d'un village juché sur une montagne autrefois défendue par une fortification que protestants et catholiques se prirent et reprirent durant les guerres de religion et firent maintes fois démanteler ou rétablir de force par les habitants du lieu.

 J'en ai retenu l'idée selon laquelle des enjeux de pouvoir se cachent souvent derrière les affrontements religieux. Ce n'est pas l'actualité qui peut me faire changer d'avis quand elle exhale un remugle d'antisémitisme et d’anti-judaïsme que les bien-pensants croyaient à jamais disparus.


 

 Je suis un adepte de la laïcité qui exclut l'ingérence des religions dans la politique nationale et ne saurait déroger à ses règles pour les dernières venues. Et j'estime que c'est l'affaire de l'état de réprimer sans mollesse les infractions aux lois.

 Je déplore qu'il suffise aujourd'hui de faire une remarque, même partielle, sur un comportement religieux pour entrer en belligérance. C'est ma manière de militer pour que l'on puisse vivre en paix, partout à l'ombre des tiares.

 Je suis pour cela dans la continuité de l'état d'esprit de notre savant Laplace :

 « Comme le citoyen Laplace présentait au général Bonaparte la première édition de son Exposition du Système du monde, le général lui dit : « Newton a parlé de Dieu dans son livre. J'ai déjà parcouru le vôtre et je n'y ai pas trouvé ce nom une seule fois.” À quoi Laplace aurait répondu : « Citoyen premier Consul, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse. » ( Wikipedia ).

Je laisse au lecteur découvrir ce que Laplace aurait réellement dit et pensé, et finalement fait pour tenir compte de la remarque.

 Je m'abstiens donc de commenter la huitième leçon de Yuval Noah Harari sur la religion.

 N'en déplaise aux Dieux de l'Olympe, nous en viendrons au commentaire de la neuvième leçon la semaine prochaine.

 Même les grands débats peuvent avoir des hauts et des bas. Et les résumés peuvent être plus sommaires.

 Il faut bien que débatteurs et pétitionnaires puissent prendre quelque repos.

 

Pierre Auguste

Le 27 février 2019

 

 


6725