Enligne : Editos

Vingt-et-une leçons. Laïcité

 

 Je n'ai pas encore trouvé la réponse à la question que je me suis posée ab initio de savoir à qui s'adressent ces vingt-et-une leçons. Il semble toutefois que Yuval Noah Harari. considère sa pédagogie comme une partie de billard américain qui consisterait à faire envoyer des billes, dans des trous qui n'existent pas encore, par des joueurs néophytes !

 Il n'écrit pas pour ceux qui ne sauront jamais lire. Quelles que soient ses cibles, il compte pour les atteindre sur le temps évalué en siècles et sur sur la médiation des familles et des pédagogues. Il reste à organiser le retour d'expérience !


 

 Nous y reviendrons sans doute quand viendra le temps qu'il a choisi pour sa leçon sur l'éducation.

 Je me disposais à recommander chaudement la lecture de la quatorzième leçon qui fait des observations intéressantes sur la laïcité.

 Je le ferai toutefois avec réserve car il a trouvé le moyen d'y inclure des considérations sur la sexualité ce qui me paraît constituer un curieux alliage dont on se demande ce qu'il vient faire au rond-point des religions.

 Je dois dire que je suis souvent surpris par son plan et par ses allées et venues entre les observatoires de l'historien, du philosophe, du moraliste, du prévisionniste, du religionnaire, du législateur, du pédagogue, du dirigeant, du citoyen.

 Certes la sexualité est un sport intéressant. Il comporte au moins autant de disciplines que les jeux olympiques. Aucune n'a besoin de mes applaudissements pour trouver des pratiquants.

 Voilà le lecteur prévenu. Il va devoir s'habituer au mélange des genres. J'espère ne pas le faire attendre un siècle pour donner mon avis et disserter sur l'éducation.

 Mais d'ici là, grâce au maître, et selon la formule stoïcienne chère à Alain, j'aurai pu, en mon grand âge, être enfin « Non point droit, mais redressé ».

 Mes vertèbres cervicales et mes circonvolutions cérébrales, en frémissent d'avance.

 Pierre Auguste

Le 27 mars 2019

 

 

 


8377