Enligne : Editos

Vers les formations en entreprise 4/4 Insérer l'être humain en son entier

r

Si l'on en croit la presse et quelques experts, la « machine infernale » Pôle-Emploi aurait besoin d'un aggiornamento. Ses cinquante-mille servants seraient trop peu nombreux pour remettre les chômeurs au travail qui n'existe pas et des travailleurs qui n'ont pas envie de travailler pour de bas salaires. On sait que certains refusent de se mettre hors de possibilité de recevoir les aides qui les font vivre dans une reposante médiocrité.

J'ai exposé supra les raisons qui font penser que nous pourrions réduire les charges de notre système actuel de placement et de recrutement.


 

Il s'agirait d'un important programme à conduire sur le long terme en portant les efforts sur ce qui est difficile et essentiel. Voici les grandes lignes de ce programme qui aurait pour fin de créer un Établissement Public de Formation pour l'Insertion Professionnelle et Sociale .

1-L'état se garderait d'intervenir dans la routine du marché du travail. Le système gagnerait en efficacité par le contact direct et discret entre prospecteurs et contractants éventuels. Le principe de base serait fondé sur l'optimisme et la confiance à accorder à la majeure partie de la population qui pourrait se prendre elle-même en charge grâce à l'ubiquité, la rapidité et la grande souplesse d'Internet.

2-L'état a mieux à faire que de s'ingérer dans la distribution du travail. Il devrait s'attacher à la promotion de grands projets créateurs d'emploi car l'économie de demain ne saurait se suffire du sauvetage des emplois d'aujourd'hui.

3-Pôle emploi serait déchargé de cette sorte de jeu de billard américain du placement qui consiste à « pousser une à une des billes dans des trous ». Sa mission serait centrée sur la formation et l'aide à apporter aux demandeurs d'emploi qui, par manque de formation, d'aptitude ou de dynamisme, sont en difficulté pour trouver un emploi.

4-Le personnel actuellement chargé des placements serait progressivement converti sur les pratiques de la formation et du recyclage, notamment de ceux que les américains appellent les outsiders et que nous pourrions appeler les externes du système économique.

5-Il ne saurait être question d'instaurer une sorte de « coupe file » qui permettrait d'accéder directement à un emploi en se soustrayant à la concurrence. Nous reviendrons sur la question de l'équité qui doit présider à la définition des règles relatives au vaste, délicat et rémanent problème de l'orientation et de la sélection.

6 Les objectifs qui seraient fixés à la nouvelle structure en complément , la aides financières individuelles seraient :

-de rendre les inemployés aptes à entrer en recherche d'une orientation et à présenter des candidatures sur le marché de l'emploi ;

-d'apporter les financements pour les actions de formation externes à la structure ;

-de contribuer à la rémunération des personnels déjà recrutés par l'entreprise le temps d'y recevoir des formations spécifiques dont serait dispensé le système d'enseignement « conventionnel ».

7-Les entreprises seraient appelées à considérer que le recrutement est une activité stratégique qu'ils doivent prendre eux-même résolument en charge. Force est de constater que, par la complexité croissante de la société et de la vie économique, les entreprises sont les seules à pouvoir conduire à bonne fin les recrutements et certaines formations en prenant en compte toutes les contraintes qui s'imposent à elles et à leur personnel.

8-Les programmes de formation doivent désormais comporter des modules consacrés à l'emploi d'Internet, aux sites et aux procédures en usage pour les formations et les procédures de recherche d'emploi.

9-Qu'ils ressortissent des secteurs publics ou privés les opérateurs et concepteurs des programmes informatiques doivent s'intéresser l'inter opérabilité des systèmes d'information. et contribuer à la normalisation des données indispensable à la fluidité et à la sûreté des échanges d'informations, à la protection des données individuelles, à la qualité des statistiques, à la production d'agrégats comptables pertinents et compatibles. Ne pas suivre le mouvement d'ensemble des évolutions induit des risques d'incompatibilité et de blocages dangereux pour les activités de recrutement.

10-Sans vouloir exhumer le défunt paternalisme patronal, il serait nécessaire de bien préciser à tous les acteurs du recrutement et de la formation que l'insertion professionnelle et l'insertion sociale ne sauraient être dissociées. Il est vain de prôner la mobilité sans se préoccuper des problèmes matériels qu'elle pose à l'individu et à tout son environnement familial. ( Logement, transports, emploi du conjoint, établissements d'enseignement pour les enfants ou de soins pour la famille...)

***

Pour conclure par une provocation on pourrait affirmer que notre système d'insertion professionnelle et sociale des relégués en est à peu près à l'âge de la machine à vapeur dont le rendement n'excédait pas 15%.

Depuis plus d'un siècle après l'avènement de l'électricité domestique et industrielle, il serait temps de lui fixer l'objectif d'atteindre le rendement du moteur électrique qui est de l'ordre de 80%.

Pierre Auguste

Le 12 juin 2019

 


12702