Enligne : Editos

Politique du logement. 1- Constater la médiocrité

Politique du logement

1 Constater la médiocrité

 

La société attend une politique du logement faite pour l'homme.

Selon la formule d'Alain (1868-1951), il faut ne « plus penser que l'obscur genre humain ne fait que garder, porter et nourrir une brillante élite. »

Et vous, Pharaons , si l'envie vous prend de construire des pyramides, que ce soit pour loger des vivants. Pour vous dirigeants, le logement est un secteur d'activité comme un autre, une source de recettes fiscales que vous seriez seuls capables de redistribuer pour les bien employer. Mais pour le citoyen, le logement est une nécessité vitale et l'un de ses objectifs premiers. La charité ne s'ordonne pas de la même manière selon que l'on est puissant ou misérable.

Le logement commence et finit toujours par un état des lieux. Il ne saurait en être autrement que globalement pour définir la politique qui doit le régir en son ensemble et en ses détails. On peut le regretter, on ne peut le dénier, la crise du logement est la fille de toutes les crises que vous avez mal maîtrisées.

Le logement en France est d'une grande diversité engendrée par l'histoire. La succession des périodes de prospérité et de crise, les destructions dues aux guerres, les reconstructions, l'expansion démographique continue, l'industrialisation, l'exode rural, le bouleversement des structures familiales, l'augmentation de la durée de vie, les migrations, l'évolution des techniques, ont profondément changé les mœurs, laissé des traces dans la pierre, engendré d'énormes disparités dans la structure de l'habitat.

De l'habitat rural bien entretenu aux châteaux les mieux conservés en passant par les hôtels particuliers et les beaux appartements urbains, la France est dotée d'un riche patrimoine qui montre que notre beau pays a toujours eu une élite qui savait vivre.

Aucune politique du logement ne peut compter sur le bâti de luxe, majoritairement privé, pour abriter la grande masse des sans logis et des mal logés qui allongent les files d'attente. Il est impératif pour les responsables politiques de ne pas laisser ou faire péricliter ce patrimoine par des lois, des règlements et par une trop lourde fiscalité.

L'essentiel de l'action des pouvoirs public doit porter sur le logement du plus grand nombre dans toute la variété des besoins, dans toute la gamme des définitions et des prix, dans dans toute la complexité des situations.

Quiconque a galéré pour « se faire une place au soleil »sait que l'on commence sa vie autonome en quelque taudis et que l'on doit payer par l'effort et la persévérance l'amélioration progressive de son habitat par plus de confort, plus d'espace, plus de qualité de l'équipement et de l'environnement.

Cette « migration » vers le haut est un apprentissage du réalisme. Elle permet à chacun de savoir qu'il devient toujours plus coûteux de bien de loger et qu'à prix équivalant on a toujours moins de confort, moins d'espace, plus de nuisances de voisinage.

Il est une réalité que chacun peut observer et qui semble ne pas avoir été bien prise en compte par le personnel politique. Il s'agit de la formidable mutation des besoins due à l'évolution simultanée et convergente de la démographie, des mœurs, des structures familiales, des techniques.

Force est de constater que faute de suffisamment progresser, en nombre, en espace et en qualité, l'habitat s'installe dans la médiocrité et la viscosité qui nuisent à la mobilité et à l'adaptabilité de la société.

La politique du logement est une composante essentielle de la politique générale.

Qu'il s'agisse de la question sociale, de la transition énergétique, de l'emploi, de la formation, de l'économie, de la fiscalité, de l'harmonie de la vie en société, on la trouve sur tous les chemins !

En raison de sa complexité elle ne peut être « expédiée » par un discours, par une loi, par une chronique. Nous nous risquerons toutefois à apporter ici quelques remarques ou précisions sur certains des thèmes ci-dessus abordés. Sans prétention.

 

Pierre Auguste

Le premier août 2018

 

 

 



5385