Enligne : Editos

Politique du logement 4-Complexité.Fiabilité. Maintenance

Politique du logement

4 Complexité.Fiabilité. Maintenance

 

Le logement est une technologie comme une autre. On n'y arrête pas le progrès. Quand on l'abandonne à lui même, le progrès s'arrête tout seul et se transforme en regrès. Les taudis en témoignent.

La volonté d'améliorer le confort et les progrès techniques ont induit une floraison d'équipements complexes. Les conséquences n'en ont pas encore été toutes perçues tant par les utilisateurs que par les professionnels de l'immobilier. Un appartement et une maison ne sauraient aujourd'hui être dépourvus de ces systèmes, parfois interdépendants, censés faciliter la vie et qui souvent la compliquent. (Systèmes d'alarme, systèmes de régulation thermique, automatismes d'ouverture des issues et des volets, infrastructure d'informatique et de télécommunication et, désormais fréquemment, des équipements de viabilité et de sécurité pour des personnes malades, âgées ou handicapées).

Tous ces systèmes viennent s'ajouter et coopérer avec les gros équipements électroménagers qui sont souvent intégrés à l'habitation, vendus et loués avec elle

Les activités relatives à tous ces systèmes se sont développées séparément. Elles convergent sur l'utilisateur final qui est seul à en avoir tous les « morceaux », toutes les difficultés, toutes les dépenses.

Les producteurs optimisent chacun son système pour tenter d'en faire un secteur d'activité et de profit à part entière. Mais l'utilisateur voit les choses autrement et voudrait que son système soit optimisé afin que tous ses composants soient continûment disponibles, durablement compatibles et finançables. Il subit sans le savoir, cette caractéristique des systèmes selon laquelle, sauf exception, l'assemblage de sous-systèmes optimaux ne saurait constituer un système optimal. ( Théorème de Bellman )

Dans une économie concurrentielle aucun système, aucun producteur, ne peuvent vivre durablement s'ils ne satisfont pas les attentes du consommateur-payeur. Dans bien des domaines qui ont recours aux nouvelles technologies, nos entreprises sont souvent supplantées par des concurrentes étrangères, qui ne sont pas toujours plus vertueuses.

Voici quelques pratiques qu'il serait de l'intérêt de tous d'éradiquer :

 

  • Obsolescence programmée et incompatibilité des anciens et des nouveaux standards ;
  • Refus d'intervenir pour un dépannage sur un matériel, initialement mal posé et sous garantie, au motif que le client n'a pas signé un contrat d'entretien ;
  • Contrats d'entretien laissant croire que des visites périodiques, d'ailleurs non effectuées, éviteront des pannes erratiques non décelables par manque de perceptibilité des altérations ;
  • Contenus de contrats de maintenance et des interventions imprécis et contestables au moment de l'exécution ;
  • Présentation fallacieuse d'un contrat de maintenance en fractionnant son coût sur une faible période pour en réduire le coût apparent. La palme en cette pratique revient à cette société qui fait payer le prix de trois équipements en dix ans. ( Un pour l'achat initial et deux pour la maintenance !) Dans ces conditions, y a intérêt à acheter un équipement neuf à chaque panne ! Finalement pour proscrire l'imprécision, il est souhaitable de ne procéder qu'à des interventions au coup par coup, sur devis et sur facture, pour des besoins avérés.

Le mieux que puissent faire les entreprises pour se maintenir en bonne position serait de mettre fin aux abus contre lesquels les utilisateurs sont mal armés. Le mieux que puissent faire ces derniers serait de refuser des contrats léonins pour la vente et pour la maintenance des systèmes dont on est en droit d'attendre une parfaite fiabilité.

Le salut est dans l'excellence. Et en matière de technologie, l'excellence est dans la fiabilité. Ce peut être un argument de vente. À l'inverse, l'accumulation des coûts de maintenance met les équipements de sécurité hors de portée des particuliers. Et, l'actualité le montre, condamne le peuple à vivre dans des pièges à rats.

Pierre Auguste

Le 22 août 2018

 

 

 



5538