Enligne : Editos

Bonnes Fêtes.

Bonnes Fêtes.

 

Nous vivons en un pays de lumières sous les signes de la tolérance, de la liberté, de l'égalité, de la fraternité, de la laïcité.

 Nous sommes très attachés à nos racines et nous avions l'habitude de fêter l'enfance, au temps du solstice d'hiver, plus ou moins religieusement et en toute sérénité.

Moi, enfant du peuple dont la religion pencherait plutôt vers le rationalisme, je dois avouer que je crois au Père-Noël. Depuis ma première enfance jusqu'à aujourd'hui vers la fin de ma neuvième décennie, selon ses moyens, il m'a chaque année apporté quelque chose. Je suis donc attaché à ce que l'on foute la paix au Père-Noël et que nul n'entrave ses allées et venues sur notre territoire.

 Mais en notre pays de rêve nous sommes maintenant enclins à nous déchirer à tout propos. La protestation politique prend ici impunément des airs de persécution religieuse et sociale.

 Nous abhorrons le travail. Nous prenons pourtant un malin plaisir à nous pourrir les vacances et à nous battre dans la perspective du repos de nos vieux jours.

 En cette fin d'année j'ai une pensée pour tous ceux qui ont perdu la vie dans l'exercice de leur mission au service de l'état et qui n'accéderont jamais au « bénéfice » de leur retraite.

 Je dois dire que je me pose maintenant la question de savoir quel sacro-saint diktat les malfaisants pourront sortir de derrière les fagots de leurs moustaches.

Déjà le chaos s'oppose au chaos, et un despotisme certain s'oppose à un certain autoritarisme.

 Bonnes fêtes et bonne année à tous ceux qui croient bon de vivre en paix.

Et que l'insatisfaction chronique emporte les autres en quelque migration lointaine.

 

Pierre Auguste

Le 25 décembre 2019

 

 



765