Enligne : Editos

L'énergie en ses transitions spontanées Présentée aux Frileux

L'énergie en ses transitions spontanées

Présentée aux Frileux

 

Nous sommes au cœur de l'été. Il fait chaud. Les discours sur l'énergie, réitérés par les jeunes gens qui nous gouvernent appellent une mise en garde en garde contre le ridicule.

L'une des métamorphoses du ridicule est de se fier à des informations partielles, évolutives, non scientifiquement avérées.

L'énergie est une entité physique multiforme qui ne cesse de transiter entre ses différents états, sans l'aide de personne.

Elle transite depuis la nuit des temps. Elle transitera quand notre planète aura été absorbée par le soleil. Elle continuera a transiter si l'homme ne parvient pas à trouver un autre havre dans l'univers.

Le petit d'homme doit d'abord prendre conscience de sa petitesse et de la vanité de certaines de ses prétentions.

Les discours écolâtres sont si souvent répétés qu'ils sont sus par cœur et défilent comme des bandes magnétiques. Les meilleurs passages sont annoncés par l'expression « encore une fois » qui sonne comme un certificat d'authenticité et qui est un aveu de rabâchage assumé 

Transition. Soit. A condition de bien connaître ce dont on parle, de lancer à temps les actions appropriées, de bien définir ce que l'on fait et fera des savoir-faire en devenir.

Certes le réchauffement de l'atmosphère est un risque réel dont il faut s'occuper sans attendre. Mais il existe des risques, d'origine cosmique ou tectonique, sans commune mesure, dont l'imminence n'est pas perceptible et dont l'occurrence pourrait conduire à la disparition de l'humanité. Nous ne survivrions pas dans un froid, qui pourrait atteindre plusieurs dizaines de degrés, sans prendre des mesures d'une tout autre nature, d'une tout autre ampleur, d'une tout autre urgence, que celles requises par une surchauffe de quelques degrés.

Nous avons déjà envisagé ici l'éventualité d'une longue période froide qui n'est pas une crainte infondée. Certains savants américains s'inquiètent du volcanisme et ont de bonnes raisons pour cela puisqu'ils ont le plus grand volcan du monde sur leur territoire.

Selon ce que chacun peut lire, le volcan de Yellowstone a déjà occasionné des désastres dans le passé et pourrait bien se réveiller plus tôt que prévu après un sommeil de plus d'un demi-million d'années.

Nous nous bornerons à rappeler, dans l'extrait ci-dessous, les effets ravageurs à en attendre. Non limités dans l'espace, ils pourraient aussi être de longue durée.

On voit mal comment des mesures correctives improvisées pourraient être prises assez vite pour compenser la détérioration cataclysmique des conditions physiques de la vie sur terre. Et ce serait une absurdité de faire face à une telle calamité sans avoir préparé un recours massif à l'énergie nucléaire.

Agir comme si cette menace n'existait pas et s'obstiner à rendre irréversible l'interdiction du nucléaire est d'une bêtise confondante, une offense aux générations futures, peut-être même un crime contre l'humanité.

On avoisine là le niveau d'abrutissement des révolutionnaires qui ont guillotiné Lavoisier en proclamant que la République n'avait pas besoin de savants.

Il ne faut pas trop compter sur nos Verts pour expliquer tout cela aux Grünen. Plutôt que d'amalgamer en un « lobby pro nucléaire » fourre-tout, ceux qui chez nous et ailleurs sont compétents dans le domaine de l'énergie, on ferait bien de les interroger sur le sujet et de leur demander de faire des prévisions scientifiques et techniques à long terme, non entachées par des doctrines.

La grande question est de savoir qui devra en décider. Méfions-nous des doctrinaires qui refusent de donner plus de chances à l'homme qu'au dinosaure. Quand il s'agit pour eux de choisir entre l'homme et leur doctrine, les doctrinaires choisissent leur doctrine.

Il est encore temps de demander l'avis des savants  et il est grand temps pour eux de parler pour ne pas laisser le champ libre à l'ignorance et à l'inconséquence.

 

Pierre Auguste

Le 25 juillet 2018

 

Camarade Citoyen ! Voici un aperçu d'une situation possible que d'aucuns envisagent, le cœur léger et en ton nom, de léguer à tes descendants.

Cf. Notre texte « Chaud-froid climatique » du 12 avril 2017

  • Le fuel gèle dans les cuves ;

  • Les lignes électriques sont abattues ;

  • Les nœuds d’interconnexion et de distribution sont hors service ;

  • Les éoliennes sont givrées, bloquées ;

  • Les capteurs solaires sont givrés et occultés par des poussières ;

  • Le gaz est bloqué dans les points bas partout où il y avait de l’eau dans le gaz ;

  • Les eaux des cours d’eau, des barrages et des réserves naturelles sont gelées à cœur, rien ne coule, même pas le Gulf-Stream, ce grand régulateur thermique ;

  • Les hydroliennes sont prises par les glaces ;

  • Les centrales nucléaires ne sont plus refroidies faute d'avoir évolué ;

  • C’est le zéro absolu économique, rien ne bouge.

Oui camarade, il ne te restera que la chaleur animale... et la chaleur humaine.

Comme à l'école maternelle, tu chanteras :« Nous n'irons plus au bois les lauriers sont coupés. »

 

 

 



5170