cv, emplois, missions et stages en Suisse
269 Visiteurs connectés

Le train fou de l’Etat

Enligne : Article

deraillementLes images passées en boucle, du train espagnol qui déraille, illustrent parfaitement l’état de l’Etat : incapable d’adapter sa conduite à l’environnement et au contexte. Nous attendions avec gourmandise la liste des 201 mesures de simplification. Une quinzaine de mesures ont été relayées par les médias. Nous en cherchons désespérément la liste complète. Elle nous aurait permis de saluer les mesures lorsqu’elles nous semblent efficaces. Nous aurions aussi pu nous moquer gentiment de celles qui nous semblent reposer plus sur une volonté de retirer des aides en vue de simplifier, non la vie des français mais celle des fonctionnaires chargés de les gérer...


 

Nous espérions trouver un angle d’attaque du millefeuille administratif qui semble être LE problème prioritaire du train de vie collectif et de sa complexité : un début d’analyse fonctionnelle des diverses entités, un groupe trans-politique d’étude de faisabilité, un début de début de diagnostic du quoi et surtout du comment.

Nous attendions aussi une proposition de mise en oeuvre de la taxe Tobin sur les transactions financières qui aurait permis de desserrer l’étreinte fiscale de sur « toujours les mêmes ». Si un pas de 100 était trop élevé une proposition de 50 aurait enthousiasmé, si 50 était trop fort un début à 25, 12, 6, 3 ou 1 nous aurait exalté car elle aurait montré une envie d’un début de réduction des écarts générateurs d’injustices… Nous savons tous que l’Etat sait parfaitement augmenter les taxes.

Nous attendions aussi l’annonce de l’organisation d’un nouveau rendez-vous au cours duquel les 200 mesures suivantes allaient être annoncées. La mise en bouche, même un peu gribouille, aiguise nos appétits insatiables.

La dérivée seconde d’un des indicateurs économiques montre qu’une chute est en train de ralentir. Certains concluent à la reprise. Nous craignons de les voir relâcher la pression des changements structurels. Nous les encourageons à aller plus loin, plus vite et plus fort en anticipation, avant que la Commission Européenne ne les y oblige brutalement comme elle le fait avec la Grèce…

Chefs d’entreprises, mes frères, tenez bon. Nos dirigeants vont peut être finir par comprendre qu’ils conduisent le train de l’Etat. Ils vont peut-être mettre en face des problèmes majeurs, des actions prioritaires cohérentes...

Nombre de lectures : 191502